CPS Position Statement: Medical Assistance in Dying: A Paediatric Perspective - L’aide médicale à mourir : le point de vue des pédiatres

The following guest post is a Position Statement released by the Canadian Paediatric Society. 

Medical Assistance in Dying: A Paediatric Perspective

Dawn Davies, Mary Shariff; Canadian Paediatric Society, Bioethics Committee
Posted: Oct 26 2017

Abstract
The Supreme Court decision in Carter v. Canada (2015) has led to changes to the Canadian Criminal Code, such that physician-assisted death is now a legal option for consenting adult patients who have a “grievous and irremediable medical condition” that causes “enduring” and “intolerable” suffering. In June 2016, Bill C-14 was enacted, allowing medical assistance in dying (MAID) for an eligible adult whose death is “reasonably foreseeable”. An independent report on the status of “mature minors” (who are currently excluded under federal legislation), with focus on their potential eligibility for MAID, was required by the 2016 Act and is expected to be presented to Parliament by December 2018.

Ensuring that newborns, children and youth receive the highest possible standard of care as they are dying is a privilege and a  responsibility for physicians and allied professionals. Bringing a thoughtful, respectful and personal approach to every end-of-life situation is an essential and evolving duty of care, and the process should meet each patient’s (and family’s) unique social, cultural and spiritual needs.

This statement describes the current Canadian legal and medical context of MAID and articulates a paediatric perspective that has emerged from—and been informed by—the broad, structured consultation process unfolding in Canada and elsewhere. Although “mature minors” are the only youth currently mandated for further legislative consideration in Canada, the need to examine requests for and attitudes around MAID for minors of all ages remains compelling for two main reasons:

  • Canadian health care professionals are increasingly being approached by the parents of “never-competent” infants and children, including those too young to make a reasoned decision, and by youth themselves, to discuss MAID-related issues. Results from a Canadian Paediatric Surveillance Program (CPSP) survey, discussed below, indicate that parents raise such questions with paediatricians more often than do minors.
  • The discussion of MAID policy in Canada has been framed as much by the issue and context of suffering as by considerations of autonomy. While current legislation clearly prohibits MAID for incapable persons at the request of any other person, it is still possible for parents to request MAID on behalf of their dying child.

Keywords: Euthanasia; MAID; Mature minors; Medical assistance in dying

Click here to download the full position statement


L’aide médicale à mourir : le point de vue des pédiatres

Dawn Davies, Mary Shariff; Société canadienne de pédiatrie, Comité de bioéthique
Affichage : le 26 octobre 2017

Résumé
La décision de la Cour suprême dans Carter c. Canada (2015) a suscité des modifications au Code criminel du Canada, de sorte que « l’aide du médecin pour mourir » est désormais une
possibilité légale pour les patients adultes et consentants « affecté[s] de problèmes de santé
graves et irrémédiables » qui se caractérisent par des souffrances « persistantes » et « intolérables ». En juin 2016, le projet de loi C-14 était adopté, autorisant la prestation de l’aide médicale à mourir (AMM) aux adultes admissibles dont le décès est « raisonnablement prévisible ». Cette loi fédérale prévoit un rapport sur le statut des « mineurs matures » (actuellement exclus de la loi fédérale), portant sur leur admissibilité potentielle à l’AMM.
Ce rapport devrait être présenté au Parlement d’ici décembre 2018.

Les médecins et les autres professionnels de la santé ont le privilège et la responsabilité de garantir les meilleures normes de soins aux nouveau-nés, aux enfants et aux adolescents en fin de vie. Parmi leurs obligations de diligence essentielles et en constante évolution, ils doivent aborder chaque situation de fin de vie de manière réfléchie, respectueuse et individuelle, dans le respect des besoins sociaux, culturels et spirituels de chaque patient (et de sa famille).

Le présent document de principes décrit le contexte juridique et médical de l’AMM au Canada. On y présente le point de vue de la pédiatrie, issu d’un vaste processus de consultation structuré mené au Canada et ailleurs. Même si les « mineurs matures » sont les seuls jeunes devant faire l’objet d’un examen législatif au Canada, il est capital d’examiner les demandes d’AMM et les attitudes entourant l’AMM à l’égard des mineurs de tout âge, et ce, pour deux grandes raisons :

  • De plus en plus de parents de nourrissons et d’enfants ayant toujours été inaptes à consentir, y compris ceux qui sont trop jeunes pour prendre une décision raisonnée, et de jeunes parlent de questions liées à l’AMM aux professionnels de la santé canadiens. D’après les résultats d’un sondage réalisé par le Programme canadien de surveillance pédiatrique (PCSP), les parents soulèvent davantage ces questions avec les pédiatres que les mineurs.
  • Au Canada, les discussions sur les politiques en matière d’AMM ont relevé autant de la question et du contexte de la souffrance que des considérations d’autonomie. La loi actuelle interdit explicitement l’AMM pour les personnes inaptes lorsque la demande provient d’un tiers, mais les parents peuvent demander l’AMM au nom de leur enfant mourant.

Mots-clés : Euthanasia; MAID; Mature minors; Medical assistance in dying